Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rainfolk's diaries

Partageons nos lectures ! Roman, polar, thriller, fantasy, fantastique, science-fiction, bd, jeunesse.

Le sac des filles, c’est fou : on y trouve de tout

Alors dans le sac, il y a… « Le sac des filles » une nouvelle signée Solange Schneider pseudo Zalma.

BLOG BERNIE pour nouvelle LE SAC DES FILLES

 

Le sac des filles …

Le sac des filles, c’est fou : on y trouve de tout. Du rouge à lèvres dans un étui doré, des tampons et des petites pochettes parfumées au chèvrefeuille ; un stylo, le porte-monnaie et des cartes de visite, ça peut servir, des fois qu’un client serait dans le coin… On pourrait en profiter pour lui parler « du dernier appartement qui vient tout juste d’être mis à la location, une vraie aubaine ».

Alors dans le sac, il y a les clés de la maison, bien sûr, et il y a aussi les clés de l’appartement, on ne sait jamais, si le client potentiel souhaite le visiter… Ce sont des choses qui arrivent parfois, Charlotte le sait ; elle se souvient très bien de ce jour de printemps, ce jour où le lilas embaumait si fort. Oui, elle s’en souvient comme si c’était hier… Elle avait rencontré Marc en faisant tomber son sac, tout le contenu renversé à ses pieds, et lui s’était empressé de ramasser le rouge à lèvres dans son étui doré, et les tampons, les petites pochettes parfumées au chèvrefeuille, le stylo et le porte-monnaie, les cartes de visite et les clés de la maison, une belle maison où Charlotte habitait seule avec son chat. Et puis, Marc avait aussi ramassé les clés de « l’appartement », celui que Charlotte ne parvenait pas à louer, parce que tout le monde savait ce qui s’y était passé, un an plus tôt, un soir d’été…

Mais Marc avait l’accent chantant du Nord, pas du Sud. Il venait d’arriver à Avignon et ne connaissait rien de cette histoire. Il cherchait  justement, ça tombait bien, un trois pièces. Il n’en pouvait plus d’étouffer dans son studio d’étudiant humide et surchauffé, alors qu’il venait d’être embauché en tant que cadre supérieur.

Alors, Charlotte l’avait emmené visiter « l’appartement », dont les murs avaient été repeints et les moquettes changées, pour effacer le drame, pour qu’on ne voie plus rien. Mais Marc avait froncé son nez et murmuré : « Je n’aime pas trop… désolé, vraiment… ». Il avait ajouté : « Et puis, il y a une drôle d’odeur, vous ne trouvez pas ? ». Charlotte avait hoché la tête pour acquiescer. Ensuite, ils étaient allés boire un verre dans une brasserie toute neuve.

La bière y était fraîche et ils avaient parlé des heures durant ; la mousse blanche fondait sur leurs lèvres et c’était presque un délice. À dix-huit heures, Charlotte avait murmuré : « Je dois y aller, je suis vraiment désolée… ». Sans oser dire qu’elle s’éclipsait pour aller nourrir son chat, et que l’après-midi avait été superbe.

Aujourd’hui, c’est lundi, et c’est un jour pressé : Charlotte cherche les clés. Oh, pas celles de « l’appartement », qu’elle a finalement pu louer à un jeune couple aux revenus modestes, tout heureux de l’aubaine. « Le passé c’est le passé. On ne vit pas dedans ! » avait dit la femme, tandis que l’homme avait ajouté : « Et puis, pour un loyer pareil, on aurait tort de se plaindre ! ».

Charlotte continue donc à chercher les clés de la maison, pour verrouiller la porte avant de s’en aller. Un rendez-vous important, chez un spécialiste… alors elle est pressée, ne veut pas arriver en retard mais les clés restent introuvables. Charlotte s’énerve, ces derniers temps, elle perd souvent patience… Elle retourne son sac, marmonne « elles sont sûrement coincées dans la doublure », renverse le contenu sur le canapé bleu ciel. S’éparpillent sur le doux tissu le rouge à lèvres dans son étui doré, les petites pochettes parfumées au chèvrefeuille, le stylo et le porte-monnaie, les cartes de visite et une boîte longue, de couleur rose et bleue. Le chat s’approche en miaulant, renifle la boîte rose et bleue : le test de grossesse…

Le sac des filles, c’est fou : on y trouve de tout.

Il y a même le numéro de Marc, celui qu’il avait griffonné à la hâte sur un tout petit bout de papier, pour que Charlotte puisse le rappeler, après avoir nourri son chat. Elle n’en a plus besoin depuis longtemps… elle le connaît par cœur, à présent.

Solange Schneider pseudo Zalma
Solange Schneider pseudo Zalma

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mme de CAUNAS 24/01/2020 18:05

chouette nouvelle,e t dans mes sacs, car j'en change souvent il y a un tas de choses, mais rangées dans des jolies pochettes, comme ça je trouve tout très facilement. Certains sacs dont le GEORGES fait par ma fille est si grand que je peux y loger mon apn dans sa housse. J'adore, bises

Bernie 24/01/2020 19:13

c'est super, merci

biker06 18/01/2020 07:51

Quel genre de client pour la business card ?

Bernie 24/01/2020 19:26

Bonne question

trublion 18/01/2020 07:48

il y a eu le sac de billes, là c' est celui des filles

Bernie 24/01/2020 19:27

et ce n'est pas rien