Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rainfolk's diaries

Partageons nos lectures ! Roman, polar, thriller, fantasy, fantastique, science-fiction, bd, jeunesse.

L’habit ne fait pas l’hypocrisie : Impressions Politiques - Sam Lefroussar Muey

Jouant sur la double signification du mot “impression” qui, à lui seul, exprime le processus d’expression créatrice (réflexion et concrétisation de cette pensée dans la matière), ce recueil de poésie regroupe des pensées actuelles et symboliques des expressions traditionnelles.

 

L’habit ne fait pas l’hypocrisie : Impressions Politiques

« Politique et poésie vont de pair car si la politique est la science des multiples, la poésie en est l’art d’expression. Jonglant avec la beauté, la bonté et la justice – par amour – le poète dénonce bien souvent les torts de la société en décriant ses extrêmes contrastes, ses tabous et ses vertus. 

L'habit_ne_fait_pas_l'hypocrisie

« Ces poètes-là, voyez-vous, ne sont pas d’ici-bas : laissez-les vivre leur vie étrange ; laissez-les avoir froid et faim, laissez-les courir, aimer et chanter : ils sont aussi riches que Jacques Cœur, tous ces fol enfants, car ils ont des rimes plein l’âme, des rimes qui rient et qui pleurent, qui nous font rire ou pleurer : Laissez-les vivre : Dieu bénit tous les miséricords, et le monde bénit les poètes. » Arthur Rimbaud, tiré du recueil « des Ardennes au Désert ».

 

C’est en se reconnaissant dans des livres datant parfois de plusieurs siècles que Sam Lefroussar Muey a réalisé la nécessité, vitale, d’écrire.

“Des Ardennes au désert” d’Arthur Rimbaud a été le détonateur qui l’a poussé à coucher sur le papier son ressenti, comme une thérapie pour dépasser ses propres frustrations.

En blouse comme en peignoir, je joue du blues quand j’ai l’cafard” (pyrogravure)
En blouse comme en peignoir, je joue du blues quand j’ai l’cafard” (pyrogravure)

La poésie pour oser exprimer l’indicible

Au fur et à mesure, ce poète atypique a multiplié les expériences jusqu’à en arriver à une forme de poésie originale, ludique, qui met en lumière les paradoxes de la société de l’immédiat.

En effet, à l’ère de l’individualisme, beaucoup de gens souffrent malgré eux de solitude … ce qui entrave la croissance de leur diversité culturelle, mais aussi celle de la société.

 

Un style qui sort des sentiers battus

Le mouton ne fait pas le berger
Le mouton ne fait pas le berger

La poésie de Sam Lefroussar Muey se caractérise par une fraîcheur d’écriture et une grande originalité. 

Décalée, elle fait sourire et réfléchir en mêlant philosophie, dérision et ironie.

Très courte, elle est accessible à tous. Le poète veut stimuler l’imagination du lecteur et non l’étouffer pour qu’il ait l’espace et le temps de réfléchir aux différents sous-entendus, d’étudier l’étymologie des mots choisis et de se les approprier.

Elle est aussi au carrefour de différentes sciences humaines (étymologie, théologie, sociologie, politique, psychologie). Sam Lefroussar Muey propose par-là de redonner du sens à des mots et formules qui ont perdu leurs racines.

 

Extraits

Les mots étaient déjà nés,
Je ne les ai pas inventés
Et il survivront encore
Bien après ma mort.

***********************

De vieux idiomes
Ont demandé mon diplôme,
J’ai sorti du PQ
Ça ne leur a pas plu.

***********************

J’ai la vie comme passion,
Une éternelle inspiration
Que j’exprime
À travers ces maigres rimes.

 

Sam Lefroussar Muey

Désintéressé des études classiques, n’y trouvant pas de sens, Sam a développé une passion pour l’écriture au fil de ses différentes lectures. Les livres lui ont permis de se reconnaître et de s’épanouir, ils lui ont donné un but : témoigner de notre époque, particulière sous bien des angles, et favoriser le développement de l’imaginaire collectif.

Poète autodidacte, la singularité de son œuvre est basée avant tout sur l’intuition naturelle.

Ses écrits, habités, ont longtemps germés en lui dans le silence car pendant 20 ans il a eu peur de s’exprimer au point de déprimer 10 ans durant. Cette période de vie, plus sombre, donnera notamment naissance à son pseudonyme d’artiste, composé à partir de l’anagramme de son nom et de ses prénoms : Lefroussar Muey (Le Froussard Muet). Pris à contre-pied, c’est devenu depuis pour lui un véritable moteur.

Sam Lefroussar Muey

Sam souligne :

« Malgré l’actuel manque de reconnaissance envers la poésie, j’ai choisi d’emprunter ce chemin et d’y consacrer ma vie, d’en faire mon métier. Cela fait maintenant 4 ans que j’écris et mes “Impressions politiques” sont le fruit d’un an de travail. »

Aujourd’hui, il ambitionne de diffuser ce recueil atypique auprès du public francophone (Québec, Belgique, Suisse, DOM-TOM).

“Les Impressions Politiques” sont le premier volet de la série thématique “L’habit ne fait pas l’hypocrisie”. Il s’agit d’une introduction générale qui ouvre la voie à d’autres recueils nettement plus subversifs et profonds. En parallèle, une exposition poétique sera proposée aux galeries d’art.

De plus, Sam travaille actuellement sur un livre relatif à la psychanalyse des noms propres.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mariya Mariya 01/05/2020 22:45

Merci pour cet article

Bernie 02/05/2020 19:02

avec plaisir.

trublion 30/04/2020 08:03

et on peut dire qu'il ne manquera jamais de matière

Bernie 30/04/2020 19:08

c'est exact