L'Adret - Elizabeth Clementz

Ce récit tout en subtilité et intensité, aborde l’ombre et la lumière de nos vies au travers de l’histoire de Jacques, né de l’union furtive de Blandine et Simon.

couverture adret clementz

 

L'Adret

Subtilité et intensité

Une nuit, décidée à donner à son enfant l’espoir de la lumière de l’adret, Blandine quitte son foyer, l’ubac, son père tyrannique et violent pour déposer Jacques sur le versant ensoleillé de la vallée, avant de disparaître.

La force de la nature et tout particulièrement celle de la lune domine ce récit.

Cet astre est source de paix, il offre à l’humain tout ce qu’il perd dans la folie du monde :

« …une sorte de vide très habité, aux antipodes de la somnolence, un éveil à l’inconnaissable, à l’immensité du mystère… ».

Le secret tapi au cœur de chaque être devient de plus en plus palpitant au fil des pages. Le lecteur est captivé par la puissance de vie de chacun des personnages, il est tenu en haleine jusqu’à la fin du récit par l’écriture de « chamane » d’Elisabeth Clementz qui distille une qualité aiguë d’émotion…

Les deux héros que la vie a séparés parviendront-ils à accueillir la part d'inconnu que le destin leur a réservée ? Leur sera-t-elle enfin dévoilée ?

Ce premier roman scrute la dualité qui sépare : l’ombre et la lumière, la violence et la douceur, le mensonge et l’authenticité.

 

Elizabeth Clementz

Elisabeth Clementz est née en 1951. Agrégée d'Anglais, férue de littérature, de nature, de voyages, exploratrice des arcanes de la relation humaine, élève d’Arnaud Desjardins, elle conjugue désormais ses passions à travers l'écriture de romans et de nouvelles. Elle vit aujourd’hui en Ardèche.

L'Adret, publié aux éditions du 81, est son premier roman.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Un premier roman.. tout comme le mien qui ne devrait pas tarder.. Je souhaite bonne route littéraire à l'Adret d'Elisabeth Clementz ..
Répondre
B
Il ne faudra pas hésiter en m'adresser les informations et je me ferais un plaisir d'en parler.
T
une belle allégorie avec l' adret et l' ubac
Répondre
B
c'est vrai.
B
ce monde douloureusement paradoxal
Répondre
B
le paradoxe est de plus en plus souvent douloureux
B
Oh ! c'est la meme couverture que mon livre...
Bon Lundi
Pat
Répondre
B
Étonnant !