Le temps à portée deMain, un voyage dans le temps qui mêle fiction et réalité

Pour son premier roman, "Le temps à portée deMain", Guillaume Muller invite les lecteurs à vivre une aventure palpitante qui tient en haleine jusqu'à la dernière page.

Le temps à portée deMain Guillaume Muller  rainfolk

 

Le temps à portée deMain

Benjamin a créé une application sur smartphone qui permet de voyager dans le temps. Il décide de tenter l’expérience d’un voyage dans le futur avec Camille, sa meilleure amie. Époustouflés par ce qu’ils sont en train de vivre, ils ont hâte de revenir dans le présent afin de faire partager cette découverte au père de Benjamin, un scientifique de renom.

Or, Benjamin va faire une erreur de programmation : au lieu de revenir 100 ans en arrière, il recule de 200 ans et se propulse avec Camille en l’an 1918.

« Fatale » erreur ! Comment revenir dans le présent, sachant que l’application utilise Internet et qu’en 1918, la technologie est encore bien rudimentaire ? Cette erreur de débutant sera forcément cause de beaucoup de trouble mais va aussi donner lieu au plus inattendu…

Guillaume Muller, le chanteur auteur et interprète, que le grand public a pu découvrir dans le spectacle musical "Bernadette de Lourdes", montre ici une nouvelle facette de son talent.

 

Un récit court et intense, accessible à tous

"Le temps à portée deMain" est une histoire née en 2018, un jour que Guillaume Muller était perdu dans ses pensées et dans ses rêves. Cette histoire s'est soudainement imposée à lui, jusqu'à l'obséder. Le début et la fin, ainsi que les personnages, étaient déjà là, comme une évidence.

 

Guillaume souligne :

J'ai été séduit par la possibilité de mélanger fiction et réalité, ce qui est rarement fait dans les histoires de voyages temporels. De plus, j'ai volontairement choisi un format court, pour plonger avec ce livre sans prétention les lecteurs.trices dans le cœur de l'action...

En prenant la plume, Guillaume veut aussi contribuer à nourrir l'imaginaire de chacun.e, notamment en laissant les lecteurs.trices construire leurs propres décors et devenir, en un sens, les "réalisateurs.trices" de l'histoire de l'auteur.

L'auteur veut qu'ils soient libres de développer "leur vision" des scènes du roman. Une volonté qui trouve son origine dans son histoire personnelle : lorsqu'il est né, Guillaume était atteint d'une double cataracte congénitale et un nystagmus qui faisaient alors de lui un aveugle. Il a alors subi très tôt plusieurs opérations qui lui ont  permis d’avoir accès à la vue, à une vue partielle, relativement handicapante.

Mais elle a aussi nourri son envie de se dépasser : qui ne voit pas ou qui voit mal physiquement caresse l’idée de « voir plus loin » !

 

Extrait

"Aujourd’hui, une circonstance extraordinaire m’a incité à me plonger dans la lecture d’un journal intime, celui de mon grand-père. Je viens tout juste d’achever cette première lecture. Jusqu’ici, je ne m’y étais jamais intéressé. Pourquoi ? Parce qu’à la maison, personne ne parle plus de mon grand-père depuis longtemps. Il est devenu un « sujet tabou » et il a donc été complètement oublié.

Je m’appelle Kyle. Je décide de publier ce livre pour rétablir la vérité, la vérité sur Benjamin Nébourli qui sera passé pour un illuminé aux yeux de tous. Je veux laver son honneur et lui rendre un hommage posthume. J’ai désormais l’intime conviction que son histoire fut authentique et j’ai mal de savoir qu’il lui a fallu endurer les railleries et incompréhensions de toute la famille. Des souvenirs d’enfant me reviennent où l’on parlait de lui en mal sans que je puisse alors comprendre ce qu’on lui reprochait exactement.

Benjamin est né le 17 octobre de l’an 2000. Il a rapidement été fasciné par les sciences et, d’un caractère plutôt lunaire, il avait tendance à s’évader quand il n’était plus question de sa première passion. Elle lui venait de son père, lui-même inventeur, qui avait tenu à témoigner de son enthousiasme pour les sciences en donnant à son fils le prénom de son illustre idole, Benjamin Franklin.

J’ai quelques photos de Benjamin, d’une qualité plutôt médiocre, faites avec ce que l’on appelait à l’époque un iPhone X. Il était plutôt beau garçon et j’avoue sans modestie que la lignée familiale lui doit beaucoup. Un scientifique à la tête d’ange, c’est plutôt rare !

Ce matin, journée pour moi inoubliable, j’ai eu une révélation qui me bouleverse et qui me convainc maintenant de publier le premier carnet du journal intime de mon grand-père. Ce carnet relate une histoire exceptionnelle, l’histoire d’un tout jeune homme qui a fait un voyage dans le temps."

 

Guillaume Muller

Guillaume Muller, 28 ans, est né à Libourne en Gironde.

Il se remémore :

Arrivé sur Paris en 2011, j'ai travaillé le théâtre et le chant, notamment avec Armande Altaï (la célèbre professeure de la Star Academy) et Jean Laforet.

Guillaume réalise ensuite une série de concerts en piano-voix avec un pianiste dans une petite salle sur Paris. Il crée alors un groupe qui assure quelques belles dates, telles que le Rocher de Palmer en Gironde ou au festival de la chanson française de Montluçon.

En 2016, il enregistre son premier album, "L'envers du décor", avec les musiciens de Bénabar. Il donne ensuite quelques concerts avec l'un d'entre eux et son guitariste.

Guillaume Muller - Je perds le nord

En  2018,  Guillaume est choisi pour rejoindre la troupe du spectacle musical "Bernadette de Lourdes" composé par le chanteur Grégoire et mis en scène par Serge Denoncourt. Il y tient un double rôle : le greffier et le photographe, qu'il assure encore aujourd'hui. En une saison, plus de 70 000 spectateurs verront le show.

Fin 2019, il termine la rédaction de son livre "Le temps à portée deMain", qu'il publie aux Editions Maïa en mai 2020. En parallèle, malgré la pandémie de Covid-19, il continue de travailler en studio sur ses morceaux et ses projets personnels.

Guillaume vient notamment de sortir deux nouvelles chansons en piano-voix : "Je perds le nord" et "Nostalgie".

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article