Bleu silence - Jean-Michel Audoual

Bleu silence de Jean-Michel Audoual, publié aux Éditions Eyrolles est un texte à la fois fort et lumineux qui traite de la violence familiale avec beaucoup de pudeur et de poésie.

Bleu silence - Jean-Michel Audoual
Le regard innocent et lucide d’une petite fille mutique prise dans un drame familial.

Mickaëlla est une enfant mutique. Sa mère n’a pas les mots non plus pour exprimer sa souffrance. Il faut dire qu’il y a Franck Pou, son père, avec ses mains pleines de veines, ses mâchoires crispées. Alors tout peut exploser, à la moindre occasion.

À n’importe quel moment. Heureusement, grand-père Michou, le gardien des mots et Blabla, le perroquet, veillent au grain avant le grand Tsunami. Un jour, Mick finira par parler. Tous les mots lisseront leurs plumes, iront droit au but. Eux qui ont couvé leur colère pendant une décennie.

Un récit parcouru par les mots – retenus, collectionnés, répétés, personnages en soi de cette histoire, du silence à la parole libératrice.

Extrait

« L’autre jour, on a trouvé un synonyme du mot « compliqué ». C’était ALAMBIQUÉ... je l’ai prononcé dans ma tête et entre mes lèvres et je me suis imaginé le mot en train de faire des petits sauts de cabri sur la page du dictionnaire. Puis, j’ai pris mon carnet et j’ai dessiné un petit biquet en train de courir dans l’herbe. »

 

Jean-Michel Audoual

Passionné des mots et de la langue française, Jean-Michel Audoual partage son temps entre l’écriture et l’enseignement de la littérature française, en lycée, à Angoulême.

Il accompagne des enfants à haut potentiel dans le cadre de sa mission éducative depuis la création d’une classe-pilote en 2000.

Son premier roman traite de la parole confisquée et de la douloureuse expérience de la violence conjugale.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
merci pour cet présentation sujet brulant malheureusement encore....
Répondre
B
oui...
T
et ce genre de situation n' est hélas pas si rare
Répondre
B
oui c'est pourquoi il faut en parler