Quelle était donc la source des sentiments ?

Taipei était toute noire de nuit autour des luminaires qui en trouaient l’opaque splendeur. Peu d’étoiles accrochées à sa trame. Rien que les hauts gratte ciels en rangs serrés, soldats d’un présent inquiétant, qu’il contemplait, vaguement effaré, quelque peu atterré par leur magnificence. Si hauts, si droits.

femme levres rouge hotel charme
Room 1222

Il en avait déjà rencontré à Shangaï, ce n’était pas un scoop pour lui. Et cependant, il mesurait leur monstrueuse présence, se sentant bien petit derrière les vitres de sa chambre : Tango Hotel, room 1222.

Un numéro bizarre, s’était-il dit en saisissant la clé. Mais l’hôtesse à l’accueil n’y avait rien vu d’insolite. Lui, si. Cette succession de 2 après le 1… Maintenant qu’il était arrivé, qu’on avait monté ses bagages, il devrait joindre May et lui signaler sa présence à Taipei.

Il hésitait, se demandant si c’était la meilleure des idées. Ayant correspondu depuis bientôt un an en mode messagerie, un lien s’était noué entre eux…Mais quel était ce lien ? L’avaient-ils tous les deux fantasmé ?

Peut-être… Un point était crucial pour lui : un sentiment pouvait-il naître par le simple fait de s’écrire ?

Quelle était donc la source des sentiments ?

Il repensa à la correspondance entre Madame Hanska et notre grand Balzac. Ça avait pourtant bel et bien commencé comme cela : quelques lettres échangées, des confidences livrées dans le vivier de leur correspondance…

Honoré avait fait le déplacement en Russie, comme lui à Taipei…

Mais un tel romantisme avait-il encore cours en ce monde ? Il en doutait et hésitait à joindre May. Sans doute dormait-elle encore…Il n’allait pas la sortir de son lit ! Car il était certain qu’en l’appelant, elle serait là, dans la demi-heure suivante.

Il gagna le grand lit, s’y assit.

Trop tôt pour l’appeler. Il s’allongea.

Le sommeil le saisit. Trois heures plus tard, en s’éveillant, il mesura l’absurdité de la situation. Cherchant sur son portable le prochain vol pour Paris, il ferma sa valise, se promettant qu’il n’en soufflerait rien à May.

Le jour était levé, déployant sur Taipei sa citadine et franche crudité.

yves-carchon-ecrivain

Une micro-fiction signée Yves Carchon, écrivain, auteur de

Et de son dernier polar : Deborah Worse

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Faire tout ce voyage et renoncé, absurde
Répondre
B
et pourtant...
T
Mais qu'avait il à perdre
Répondre
B
grande question