Encourager une approche décomplexée de la lecture

Mercredi 23 mars 2022, le Centre national du livre (CNL) a rendu publics les résultats de son étude « Les jeunes Français et la lecture » confiée à Ipsos.

enfant lecture cause nationale encourager etude rainfolk diaries
Lecture, grande cause nationale

Les objectifs : Mesurer, comprendre et identifier les pratiques ainsi que les leviers et freins à la lecture chez les jeunes de 7 à 25 ans.

À l’heure où la lecture a été déclarée « grande cause nationale », et après deux études consacrées aux jeunes en 2016 et 2018, le CNL souhaite à nouveau contribuer à une meilleure connaissance d’un public essentiel pour le secteur du livre, en interrogeant les jeunes âgés de 7 à 25 ans.

Cette étude a pour objectifs de mesurer les perceptions et les pratiques actuelles des jeunes Français en matière de lecture, de comprendre ce qui les incite ou, au contraire, les freine à lire des livres et d’identifier les leviers qui les amènent ou les amèneraient à la lecture.

Les principales conclusions à retenir pour cette étude sont :

Les jeunes sont encore nombreux à lire

Globalement, 81% des 7-25 ans lisent pour leurs loisirs par goût personnel, 77% hors élèves de primaires. Dans ce cadre, ils ont lu 5,4 livres au cours des 3 derniers mois, 4,4 livres hors élèves de primaires.
 

Lorsqu’ils lisent par goût personnel dans le cadre de leurs loisirs, ils privilégient la BD et le roman.

Les 7-19 ans lisent davantage de BD / mangas / comics (73%, +9 points par rapport à 2016), quand les 20-25 ans privilégient encore les romans (58%), suivis par les BD / mangas / comics (47%).

Le résumé, la couverture, le héros sont leurs premiers critères de choix de livre tout comme les conseils, en particulier ceux de leur famille (notamment de leur mère). Les lecteurs loisirs choisissent d’abord leurs livres en fonction du résumé (47%), de la couverture (42%), du héros ou du personnage (42%), mais aussi sur les conseils de quelqu’un (43%).

Ils lisent avant tout pour le plaisir. Les lecteurs loisirs lisent pour le plaisir (48%), se détendre (43%), s’évader/rêver (43%), mais aussi pour s’occuper (31%), notamment les 7-19 ans (+8 points par rapport à 2016).

Ces chiffres plutôt positifs ne doivent pas masquer certaines difficultés

16% des jeunes n’aiment pas lire ou détestent lire.

Le décrochage de la lecture à l’adolescence est toujours bien présent et réel

La lecture « loisirs » décline fortement chez tous après 12 ans, après l’entrée au collège, avec une baisse encore plus importante chez les garçons que chez les filles : 68% des garçons lisent pour leurs loisirs
à 13-15 ans contre 81% des filles au même âge.

Le temps consacré à la lecture « loisirs » est bien inférieur à celui passé sur écran.

En moyenne, les lecteurs loisirs lisent 3h14 par semaine, mais l’ensemble des 7-25 ans (lecteurs on non) passe 3h50 par jour devant un écran (5h33 : chez les 20-25 ans) et 2h50 par jour sur Internet.

D’ailleurs, si certains jeunes déclarent avoir lu davantage pendant les confinements, ce contexte a profité davantage aux écrans.

38% des 7-25 ans ont lu plus pendant les confinements, mais ils ont surtout plus regardé les séries (55%), utilisé leur smartphone (52%), joué à des jeux vidéos (44%) ; ces progressions étant plus importantes chez les 20-25 ans que chez les plus jeunes.

Les écrans sont omniprésents dans leur viey compris pendant les temps de lecture, puisque 47% des jeunes font souvent autre chose en même temps qu’ils lisent : envoyer des messages, aller sur les réseaux sociaux, regarder des vidéos …

Mais cette appétence pour les écrans développe de plus en plus de nouvelles pratiques chez les jeunes

40% des 7-25 ans ont déjà lu un livre numérique, 58% ont déjà écouté un livre audio ou un podcast

Il y a des raisons d’espérer, car les jeunes apprécient que livre et la lecture viennent à eux.

Il faut donc aller les chercher sur leur terrain,

pour leur permettre de lire comme ils veulent quand ils veulent,

et d’avoir une attitude décomplexée par rapport à la lecture

Les outils de promotion de la lecture ont une visibilité et un certain impact.
  • 51% des écoliers, collégiens, lycéens connaissent le principe du 1/4 d’heure lecture et 38% y participent ;
  • 45% des 7-25 ans connaissent et savent ce qu’est le pass Culture, 44% des 18-20 ans l’ont utilisé, très largement pour acheter des livres (83% de ceux qui l’ont utilisé), ce qui a eu pour effet de leur donner envie de lire / lire plus (68%) ou d’acheter des livres (80%) ;
  • Enfin, 18% des 7-25 ans connaissent Partir en livre et quand ils y ont participé, ils ont aimé (85%) et ça leur a donné envie de lire / lire plus ou d’acheter des livres.

Ils plébiscitent l’expérience de la lecture à voix haute par leurs parents, dont ils gardent un souvenir très positif (96% de ceux à qui on lit des histoires aiment bien ou adorent ; 92% de ceux à qui on en lisait).

L’envie de lire peut-être déclenchée par un film ou une série. 58% des lecteurs loisirs ont déjà lu un livre après avoir vu un film ou une série sur une plateforme vidéos (68% chez les 20-25 ans).

Si Internet est encore minoritaire, il devient un véritable critère d’influence. Globalement, 29% des lecteurs loisirs choisissent un livre après en avoir entendu parler sur Internet (42% des lecteurs loisirs de 20-25 ans) et les réseaux sociaux (Youtube, Instagram et TikTok) offrent une vraie possibilité de les accrocher : ils sont nombreux à déclarer envisager s’informer sur les livres par ce biais.

Finalement, les jeunes aiment lire 84% des jeunes déclarent aimer lire (42% aiment bien, 42% adorent).

Pour Régine Hatchondo, la présidente du CNL « Ce que cette étude montre, c’est que pour donner envie aux jeunes de lire, en particulier au moment de l’adolescence, il faut d’abord insister sur le fait que tous les genres, tous les formats et toutes les façons de lire sont légitimes et peuvent être source de joie et de découvertes. C’est le sens de la campagne #jeliscommejeveux que nous avons lancée au début de l’année et du quart d’heure de lecture national, qui a eu lieu le 10 mars dernier et a mobilisé plus de 1800 structures, partout en France.

Ensuite, il faut aller chercher les jeunes là où ils sont. À l’école, et c’est pourquoi nous avons développé les résidences et masterclasses d’auteurs dans les établissements scolaires. Mais aussi, sur leurs lieux de vacances, c’est l’idée de notre manifestation « Partir en Livre », et bien sûr, sur les réseaux sociaux, que nous utilisons de plus en plus au CNL pour partager le plaisir de lire. »

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Intéressante, ce genre d'étude, mais à lire avec moult pincettes... <br /> Je me rappelle m'être penché sur certaines des précédentes, jadis... pour comprendre que ce qui intéressait manifestement le "donneur d'ordre" (CNL), c'était de savoir si le "marché" du livre neuf se contractait ou bien pouvait se développer. Un "lecteur" est d'abord un "acheteur de bouquin neuf"... et les emprunteurs en bibliothèque, acheteurs de livres d'occasions, adeptes des circul'livres ou des "boites à livres" sont beaucoup moins intéressants et n'apparaissent guère dans les "radars" de l'étude (j'avais regardé ça à l'époque du confinement, quand je rêvais de "paniers de livres" dans le cadre d'abonnements pour "gros lecteurs" (ré-inventer les "clubs de livres" avec des bouquins d'occasion... tout en créant de l'emploi). Inutile de dire que ce "projet" n'a jamais dépassé le stade du phantasme.
Répondre
B
merci pour votre commentaire très intéressant
M
Oui les jeunes aiment lire, je trouve que les chiffres finalement restent assez stables d'année en année malgré le temps passé sur les écrans, et sur les écrans on lit aussi, on ne regarde pas toujours que des images. Je crois que le principal c'est que les jeunes parents limitent le temps passé par leurs enfants sur les écrans mais aussi montrent l'exemple et là c'est pas gagné !!
Répondre
B
Je rejoints totalement, les parents se doivent de donner l'exemple.