J’entends le bruit du vent dans les feuilles d’oranger

Il arrive qu’on puisse aimer ce qu’on n’a pas connu, un lieu qui nous fut conté… Un lieu qui me fut conté si bien et si souvent qu’à mon tour, il me faut en parler. Alors, voici une mise en mots, la mienne.

Belle lecture !

algerie conte poesie oranger rainfolk diaries
Poème de l’absence et de la douce présence…

Des souvenirs effleurent ma mémoire,

Et voici que je vois

Des terres que je n’ai pas connues et qui pourtant

Et par les mots,

Ont imprégné mon enfance

En cage dorée.

 

Ne me reste à présent, depuis longtemps, que la France,

Terre hexagonale,

Lourde de blé

Et pourtant si souvent asséchée…

Terre au coeur de béton dur,

De goudron frais et de palmiers absents.

 

Le soir, j’entends le bruit du vent dans les feuilles d’oranger,

Ma mère m’en a parlé.

Celui des citronniers aussi,

Comme le lait et le miel coulant sur la terre,

Avant le sang,

Sur la terre d’avant

Il y a longtemps…

 

Alors, bercée des mots de ma mère,

Mots chantés,

Mots dansés,

Mon âme apatride pleure

Son infinie chanson.

 

Mon âme…

 

Telle un oiseau aux ailes coupées,

Oiseau au sol cloué dans la terre éternelle,

Au cœur de béton dur,

De goudron frais et de palmiers absents.

rainfolk-solange-schneider

Un poème signé Solange Schneider pseudo Zalma écrivain, auteure de « Chemins étranges », « Points de fuite », et « Demain, tout ira bien ! » et « Ma vie en rouge et noir »

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Il est superbe ce poème et rien que le titre me parle déjà. Merci de nous la présenter
Répondre
B
oui je trouve aussi
B
C'est un tres joli texte ...<br /> Bon Mardi
Répondre
B
je trouve aussi