J’écris pour toi de l’écrivain Jean Chaussade-Redon

"Que vas-tu faire de la chance inouïe que tu as eue de naître ?" Un ouvrage plein d’espoir signé Jean Chaussade-Redon qui se lit d’une traite.

J’écris pour toi

Que vas-tu faire de la chance inouïe que tu as eue de naître ? La réponse de ce grand-père à sa petite fille est simple : profites-en !

La vie ne comporte-t-elle pas un minimum d’écarts par rapport aux normes, aux règles, aux usages, aux modes, à ce qui se dit et s’écrit, et même en certaines circonstances aux lois qui nous gouvernent ?

Ne faut-il pas animer sa vie, l’égayer, la déchagriner, en prenant le risque de sortir, voyager, s’engager, s’entraider, se divertir. Oui, en prenant le risque d’aimer et d’être aimé ? Est-ce si sage d’être sage ? Est-ce si déraisonnable de manquer parfois de raison ?

C’est en se référant aux grands écrivains, philosophes, poètes, et chansonniers, du passé et du présent, de Montaigne à Edgar Morin en passant par Rousseau, Brassens et quelques autres, que ce grand-père entend délivrer un message d’espoir à sa petite fille.

Mais aussi, par les divers thèmes qu’il aborde : la politique, l’engagement, la vie amoureuse, le rôle des arts et des sciences, le besoin de transcendance, l’homme et la nature… la vie…la mort, c’est à chacun de nous qu’il s’adresse.

Une série de réflexions s’achevant par cette formule choc : ne renoncer ni à la révolte ni à l’Espérance.

Se lit d’une traite !

couverture J’écris pour toi Jean Chaussade-Redon rainfolk diaries

Jean Chaussade-Redon

Jean Chaussade-Redon, Directeur de recherche émérite au CNRS, géographe et essayiste, auteur de nombreux ouvrages à caractère scientifique et littéraire.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Quand on peut, il faut profiter de la vie
Répondre
B
oui, ne l'oublions pas
B
on a eu la chance de naitre au bon moment .....avec les barbares et les dictateurs qui naissent aujourd'hui, ça risque de ne plus etre pareil que nos années 70
Répondre
B
oui nous avons eu cette chance